top of page
Rechercher

Les Huiles essentielles

Dernière mise à jour : 6 févr. 2022


Présentation :


Une huile essentielle est un liquide aromatique issu de plantes. On l’extrait de certains organes ( fleur, feuille, écorce, racine, graine… ) de plantes riches en essences odorantes. Elle se présente le plus souvent en petit fl acon de 5 ou 10 ml. Huiles essentielles de lavande, de citron, d’eucalyptus… une cinquantaine d’entre elles sont couramment disponibles. Se soigner avec les huiles essentielles s’appelle « l’aromathérapie ». C’est une forme de phytothérapie, mais qui n’a rien à voir avec les tisanes ou les gélules de plantes. L’aromathérapie est beaucoup plus puissante, car une huile essentielle est beaucoup, beaucoup plus concentrée en composés actifs qu’une tasse de tisane, et ce ne sont d’ailleurs pas les mêmes.


Une huile essentielle ne renferme pas du tout de gras, malgré ce que l’on pourrait croire. Elle ne contient pas non plus d’eau, ni d’alcool. En revanche, elle est constituée de centaines de molécules différentes.


C’est ce qui rend chaque huile polyvalente, avec de nombreuses propriétés et indications, à l’inverse d’un médicament, qui ne renferme généralement qu’une seule molécule, pour un seul usage.


C’est aussi ce qui explique que les bactéries et les virus ne parviennent pas à développer de « résistance » aux huiles essentielles antiseptiques (contraire-ment aux médicaments antibiotiques et aux antiviraux) : elles sont trop complexes pour qu’un microbe s’y habitue, s’organise, mute en conséquence et en devienne « maître ».


Ces centaines de molécules sont classées par grandes familles : les aldé-hydes, les cétones, les esters, les éthers, les oxydes, les phénols, les alcools, les terpènes… Certaines huiles essentielles sont particulièrement riches en alcools, d’autres en terpènes, etc. C’est ce qui les différencie les unes des autres et leur procure leurs propriétés santé et beauté… ainsi que leurs contre-indications éventuelles.


Sur la route des huiles essentielles :


Les huiles essentielles sont extraites de plantes dites aromatiques. Très répandues dans la nature, ces plantes sont classées en grandes familles comme les Myrtacées ou les Pinacées. Elles poussent dans le monde entier, chacune ayant sa zone géographique et son climat de prédilection. À chaque pays, à chaque zone géographique et à chaque terroir même, correspond une huile essentielle unique. Car, selon la terre, le climat, l’environnement où elle pousse, une même plante fabriquera des essences différentes (parfois TRÈS différentes !). Exactement comme le vin : transposez un cépage à mille kilomètres, ou même à quelques encablures de son habitat originel, et vous n’obtiendrez pas du tout le même breuvage.


Voici la carte de notre route des huiles essentielles. Les marques ne se fournissent pas toutes aux mêmes endroits, c’est pourquoi si vous avez un flacon d’huile essentielle sous les yeux et que sa provenance géographique est différente de la nôtre, cela n’a rien d’étonnant. En ce qui nous concerne, nous considérons que les meilleures huiles essentielles du monde viennent d’ici :

Attention au soleil :


Certaines huiles essentielles renferment des composants qui tachent la peau au soleil.


Même si c’est particulièrement flagrant au printemps et en été, méfiez-vous toute l’année de ce mécanisme : ce n’est pas parce qu’il fait gris qu’aucun UV ne passe à travers les nuages. Et dans le sud, le soleil ne se cache jamais bien longtemps !


D’autre part, certains d’entre vous voyagent, partent au soleil, ne serait-ce qu’un week-end. Prudence !

Pas d’exposition 6 à 10 heures après une telle application.


Diluez-les suffisamment dans une huile végétale et appliquez-les le soir au coucher.


D’où sont tirées les huiles essentielles ?


Une huile essentielle est rarement extraite de la plante entière. Seul un organe (ou deux) fournit l’essence recherchée. Par exemple, l’huile essentielle de cannelle peut provenir de l’écorce ou de la feuille, chacune ayant alors ses propriétés.


En fonction de l’organe producteur, le nom de l’huile essentielle diffère. Exemple : l’oranger amer (Citrus aurantium var. amara). Sa feuille donne de l’huile essentielle de petit grain bigaradier (ou bigarade), sa fleur de l’huile essentielle de néroli, son zeste de l’essence d’orange amère. Lorsque dans certains livres vous lisez « prendre de l’huile essentielle d’orange », vous ne pouvez vraiment pas exploiter le conseil !


Comment obtient-on une huile essentielle ?


Les huiles essentielles se trouvent au cœur des plantes aromatiques, sous forme d’essence. Elles sont fabriquées par les poils sécréteurs de la plante, les poches ou autres cellules sécrétrices. L’homme doit donc aller les chercher ici, sans les dénaturer (donc pas de chaleur trop forte ni de « traitement » agressif), et sans en perdre (il y en a déjà peu dans la plante).


Pour cela, il a recours à :


1. L’expression pour les agrumes. Il suffi t de presser la peau de citron, d’orange, de pamplemousse…pour récupérer l’essence. C’est elle qui pique les yeux et « poisse » les doigts lorsqu’on épluche ces fruits.


2. La distillation pour les autres organes de la plante, c’est-à-dire entraînement à la vapeur d’eau.


La distillation en 5 étapes:


Étape 1 :

On met de l’eau de source à chauffer, jusqu’à frémissement (vapeur).

Étape 2 :

La vapeur d’eau traverse les plantes installées au-dessus dans le gros récipient…

Étape 3 :

… passe dans ce tuyau…

Étape 4 :

… puis traverse un récipient rafraîchissant. Avec le choc de température, la vapeur désormais chargée d’essence de plante redevient liquide.

Étape 5 :

L’extrait de plante obtenu est recueilli dans l’essencier en deux phases (= deux « couches »). En haut, l’huile essentielle, plus légère que l’eau. En bas, l’hydrolat, « l’eau distillée de plante ». L’huile essentielle, fortement chargée en molécules actives, est principalement utilisée pour se soigner. L’hydrolat, bien moins riche en molécules aromatiques, beaucoup plus doux, l’est davantage pour la beauté (nettoyage de peau…) ou pour traiter les zones très sensibles (eau de bleuet pour les yeux). Il peut aussi être avalé, par exemple l’hydrolat d’oranger chez les enfants.



En espérant que ce blog vous aura permis d'y voir plus clair dans le domaine des huiles essentielles.


A tantôt,


Philippe



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page